LA LITTERATURE, LE PAPIER ET LE NUMERIQUE

Littérature numérique, en rencontrant ce terme on s sent perdu un peu, est ce de la littérature écrite avec des numéros, ou un code en numéro qu’il faudra décoder, ou peut être une littérature écrite par des robot, comme le robot poète d’ Albert DUCROCQ       dans ce cas-là la machine tiendrait elle tète à l’homme dans un terrain qui est des plus humain, et que pourrait raconter un robot poète ? des questions et d’autres qui nous envahissent l’esprit, et qui force par fois l’offuscation qu’a ressentis VIAN, et qui s’inspirant des tirants qui bruler les bibliothèque, s’est imaginé brulant le tas de robot qui s’aventurerai à faire et non plus écrire de la littérature, car le signe se tient sur une sémiotique tentaculaire.

Littérature qui oscille entre papier monde matériel et numérique monde virtuel, entre virginité de la feuille et pureté de l’espace, est-ce le chemin du pénitent qu’elle empruntera entre les deux, ou au contraire c’est vers une folle dérivé qu’elle entraine la plume? C’est ce que diagnostiquera cet article, une littérature au-delà l’encre

Mot clés : littérature,   numérique, œuvre, texte/

I.1.1 A LA RENCONTRE DE LA LITTERATURE NUMERIQUE

après l’invention des caractères métalliques mobiles par un imprimeur allemand nommé Gutenberg, voilà  Plus de quatre siècles après, et qui a été déterminante dans la diffusion des textes et du fait du savoir ,  la littérature se désunie du livre, cet objet si et intime, et qui pouvait s’abriter dans une poche, les technologies n’ont cessé de révolutionner la manière de vivre de l’homme, non seulement  le côté matériel,  mais aussi  sa vision de la vie qui se traduit dans ces écrits littéraires, et la manière de les concevoir, jusqu’à s’immiscer dans la relation émotionnelle les liant, car aujourd’hui la littérature ne tient plus dans une poche ou une main, elle tien dans une puce, qu’un programme comme Moon Reader peut vous en faire la lecture en réglant la vitesse de lecture et même le temps. .

Dire que la technologie change la paysage autour de l’homme serait lui reconnaitre une autonomie, que logiquement elle ne possède pas, puisque elle reste création de l’homme, et ne saurait subsister sans son bon vouloir, serait ce alors, une formulation inconsciente, qui connote un émerveillement devant la performance de la machine, et donc une certaine reconnaissance du potentiel humain, surtout quand cette performance atteint la création littéraires, qui exige une subjectivité, une créativité et des  émois que la machine ne peut ressentir, et du fait ne peut exprimer.

Jean Clément (professeur Département Hypermédia – Université Paris 8) envisage la littérature numérique  comme la rencontre de courants littéraires marginaux et du multimédia, poèmes à chanter, à crier, à danser, poésie sonore, poésie spatialiste, poésie concrète trouvent dans l’informatique un nouvel espace de création. La littérature fragmentaire, l’anti-roman, les littératures à contraintes, entre autres, ont donné naissance à l’hypertexte et aux œuvres programmées[1]. Les deux caractéristiques les plus novatrices de la littérature numérique sont l’introduction du mouvement et la programmation.

La littérature numérique n’est pas une littérature qui a changé seulement de support, allant d’une page en papier à une page Word sur un écran d’ordinateur, mais c’est une littérature qui a pris des formes dans un espace cybernétique, un espace ou les possibilités sémiotiques n’ont plus de limites, et l’évolution de l’œuvre va au gré de l’évolution des programmes et des mediums.

Ceci dit, que désigne le terme  numérique? Afin de ne pas nous y perdre, nous essayerons de donner une définition qui soit le moins compliquée possible, nous dirons donc en nous basons sur les explications données par; Richard Taillet, Loïc Villain et Pascal Febvre tous trois spécialistes en physique, dans Dictionnaire de physique[2], que c’est un langage qui en cache un autre, pour être plus précis, le numérique est l’expression de la lettre par le nombre, ou encore du singe par des chiffres, donc des numéros selon un certain encodage qu’on appelle programmation, c’est l’évolution du digital, en plus performant, en claire c’est une technologie développée qui permet un meilleur traitement de l’infirmation.

Apres ces brèves explications, et loin de ses tentatives de définition, nous pourrions peut être nous rapprocher davantage de l’essence de cette littérature à travers son histoire et sa progression pour comprendre Par la suite cette conception par rapport aux créateurs et chercheurs  épris d’elle, Philipe BOOTZ donne un bref historique de l’apparition de cette mutation de la littérature comme suit :

  1. la première période  s’étend de la toute première production connue, celle de Christopher Strachey, loveletters en 1952[3], qui est un générateur combinatoire de lettres d’amour capable de générer 318 1012 (318 000 milliards) lettres d’amour différentes[4], ces lettres d’amour n’étaient pas créées sur un écran mais imprimées sur la notice de l’ordinateur à la fin des années 1970, c’est la période qui voit se développer les générateurs combinatoires de texte.
  2. la seconde période recouvre les années 1980 – 1990 et s’achève lentement à la fin des années 90 avec le développement de l’Internet, cette période voit la question générative évoluer et être confrontée aux autres formes de base des productions littéraires numériques qui apparaissent à cette époque : l’animation de texte (1983)[5], l’hypertexte de fiction (1987)[6], on peut succinctement la caractériser comme un passage d’une littérature du livre à une littérature de l’écran.
  3. La troisième correspond aux écritures en ligne : écritures participatives puis blogosphère, écritures du flux sur la base de requêtes Google, développement d’une interactivité non navigationnelle plus proche du jeu vidéo. On peut la caractériser comme le passage à une littérature “communautaire”, c’est-à-dire fondée sur l’existence de communautés d’acteurs en interaction. Enfin, avec le développement depuis 2007[7] environ des dispositifs mobiles et des maisons d’édition en ligne.
  4. Nous pourrions bien être dans la quatrième période caractérisée par un développement de productions programmées géolocalisées, l’utilisation de dispositifs interactifs évolués comme la Kinect ou l’anémomètre des portables d’une part et d’autre part un transfert massif via le format epub vers des “supports” numériques d’œuvres qui demeurent dans la tradition du livre imprimé, une période où se croisent les approches post-avant-gardistes centrées sur le dispositif et les approches plus classiques centrées sur la dimension linguistique du texte ; la coexistence d’une littérature numérique du dispositif et d’une littérature numérique de la structure.[8]

Apres ce bref historique, nous pouvons donner un essaye de finition, comme suit :

La littérature numérique est une littérature qui use des capacités de l’outil informatique.

Ce dernier, devient pour l’auteur un organe implanté, qui lui permet de donner forme à ces visions les plus abstraites, que le lecteur d’une littérature non numérique, ne peut que supposer, sans pour autant ôter le charme mystique de la littérature comme nous le verrons au cour de cette recherche.

D’autres dénominations existent pour designer cette litterature, le terme le plus courant aux États-Unis est celui d’hypertexte, en Europe, le terme «littérature numérique » ou littérature « digitale » (terme anglais ou allemand – digital- qui se traduit par numérique) est actuellement le terme le plus usité. Mais on peut également en utiliser d’autres si on veut insister sur certaines particularités des œuvres. Lorsqu’on veut insister sur le fonctionnement spécifique de la lecture interactive, on parle de « littérature ergodique » , terme, inventé par Espen Aarseth qui en développe la théorie dans son ouvrage Cybertext: Perspectives on Ergodic Littérature [9]

Enfin, on trouve également le qualificatif de « littérature électronique », par exemple dans l’expression e-poetry ou poésie électronique, dénomination souvent utilisée pour qualifier la poésie numérique, ce terme est le plus ancien en France,  Il était couramment utilisé dans les années 1980-1990, il insiste davantage sur le caractère technologique du fonctionnement du médium que le terme numérique. Aujourd’hui les expressions « littérature électronique » ou « livre numérique » désignent plutôt des e-books, c’est-à-dire des livres imprimés numérisés, œuvres qui n’appartiennent pas à la catégorie des œuvres littéraires numériques, on trouve également le terme, qu’’utilise le

Dr BOOTZ pour sa part, de « littérature informatique » lorsqu’on veut insister sur la spécificité du médium[10].

William GIBSON(écrivain américain de science-fiction) , dans « neuromancer », qui est son premier roman de science-fiction Publié en 1984, et qui est généralement considéré comme le roman fondateur du mouvement Cyberpunk ayant inspiré bon nombre d’œuvres telles que les mangas « Ghost in the Shell » ou « Akira » et « Matrix » au cinéma, avait imaginé une matrice sur lesquelles se branchent les gens pour vivre une seconde vie, Jean CLEMENT défend la cyberlittérature comme un système : la littérature informatique peut être qualifiée de cybernétique quand elle considère, dans les hypertextes, ou dans toute forme de littérature interactive, le fonctionnement de la relation auteur-texte-lecteur comme un système dans lequel le lecteur est en mesure de « gouverner » (action de manœuvrer en bateau) le texte qui est soumis à la lecture.

Le cyber littérature joue surtout de l’interactivité, ainsi, l’expression « cyber littérature » fait-elle plus explicitement référence aux œuvres Internet et à la notion de réseau. Malheureusement, ce terme exclut totalement les œuvres actuelles off-line (les cédéroms) ainsi que nombre d’installations, de plus cette dénomination a tendance à exclure toutes les œuvres antérieures à l’Internet, ce qui en élimine beaucoup d’importantes car le Web n’est investi par les auteurs que depuis peu (1996 environ en France)[11]

Finalement, chaque dénomination insiste sur un aspect particulier des œuvres, en France, les auteurs n’accordent guère d’importance au terme utilisé, il importe simplement de savoir de quoi on parle, on s’en tiendra donc ici à la dénomination de littérature numérique[12].

Enfin, nous nous accordons avec le Dr BOOTZ quand il insiste sur le fait qu’il n’y a pas de rupture brutale entre une œuvre littéraire numérique et les œuvres non numériques, mais une continuité qui a établi progressivement, un lent déplacement de la question littéraire, depuis le début du XXe siècle, surtout avec l’apport des avants garde, ce qui pousse  Philippe Castellin, l’éditeur d’une des revues les plus importantes en littérature numérique, la revue DOC(K)S, à dire que la littérature numérique serait un « achèvement » des formes travaillées par ces avant-gardes, l’idée d’achèvement suppose une amélioration et un point limite infranchissable, or les propositions des avant-gardes sont parfaitement achevées et aucune question littéraire ne saurait rencontrer de limite infranchissable,  Par ailleurs une telle conception ne saurait prendre en compte la spécificité du médium car elle considère implicitement que le médium informatique se réduit à un changement de support ; aussi vaut-il mieux considérer que la littérature numérique réalise à la fois une continuité avec les mouvements antérieurs et un déplacement qui met en œuvre les spécificités du médium pour de nouvelles propositions artistiques[13].

[1]Jean Clémen, Préface. Une Littérature problématique, disponible dans :  http://books.openedition.org/bibpompidou/227?lang=fr visite le 2 mai 16

[2] Richard Taillet, Loïc Villain et Pascal Febvre, Dictionnaire de physique, Bruxelles, De Boeck, 2013, p. 474

[3]Loveletters disponible dans :  http://www.gingerbeardman.com/loveletter/ visite le 2 mai 16

[4] Link, David, “There Must Be an Angel. On the Beginnings of the Arithmetics of Rays” in Siegfried Zielinski, et David Link, Variantology 2. On Deep Time Relations of Arts, Sciences and Technologies, Cologne: König, 2006: 15-42, (25)

 

 

 

[5] Le premier poème animé connu est deux mots de Roger laufer animé en images de synthèse par Michel Bret. Il s’agit d’un Film 16mm de durée 6′ créé en  1982 et que Michel Bret présente comme “Images (et jeux) de mots sur un texte de Roger LAUFER” (http://seminaire.photo.ens.free.fr/archives/2003/couchot-bret/bret-bio.html consulté le 02/05/2016). Il s’agit d’un texte réalisé en images de synthèses sur un ordinateur PDP 11/400 à l’université Paris 8 et présenté à Cerisy-la-Salle en 1985 lors du colloque “la génération automatique de textes littéraires” : Laufer, Roger, “Les enfants du micro”, Balpe, L’imagination informatique de la Littérature, Jean-Pierre & Magné, Bernard (coords.), Saint-Denis : PUV, 1991 : 93- 104

[6] Joyce, Michael, Afternoon, a Story, Cambridge (Mass.) : Eastgate Systems, 1987

[7] Date d’apparition du Kindle aux USA. Le kindle ne sera commercialisé en Europe qu’à partir de 2009

[8] Philippe Bootz Laboratoire Paragraphe, Université Paris 8, Un historique de la génération numérique de textes, p2 (joint en annexe)

[9]Philippe Bootz, les basique de la littérature numérique,  http://www.olats.org/livresetudes/basiques/litteraturenumerique/1_basiquesLN.php visitée le 2mai 16

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Ibid

[13] Ibid

L’œuvre de littérature numérique

           « Qu’est-ce qu’un texte, pour l’opinion courante ? C’est la Surface                phénoménale  de l’œuvre littéraire ; c’est le tissu des mots engagés            dans   l’œuvre.» [1]

 

C’est ainsi que définit Roland BARTHE (critique littéraire et sémiologue français) le texte, mais lorsque le texte ne compte plus de mots seulement, mais aussi un son, une couleur, un mouvement…. Etc au texte, de ce fait l’agencement de mot prend d’autres dimension, il n’est plus le texte plat il est pour ainsi dire vivant.

Christian VANDENDORPE (professeur émérite de l’Université d’Ottawa, spécialisé dans les théories de la lecture, les liens entre le numérique et le savoir (production, diffusion, réception, apprentissage ; texte et hypertexte)  et le récit de rêve) définit la notion de texte ainsi: La notion même de texte […] suppose le jeu de plusieurs fils sur une trame donnée et  par leur retour périodique, la possibilité de créer des motifs. [2]

On peut voir ainsi dans la notion de texte un tissage entre éléments pour construire une signification, aussi un texte n’est-il pas forcément tissé de mots, d’ailleurs, l’unité sémiotique d’un texte se détermine également à partir de la forme graphique des caractères et de leur consistance sémio-perceptive[3] en reprenant l’explication philosophique de Serge Bouchardon (Professeur à l’Université de Technologie de Compiègne), On pourrait donc dire qu’un texte n’est pas forcément linguistique, même, si l’on entend par là une dimension restrictive de la langue, c’est ce que nous rappelle à juste titre Yves Jeanneret (professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication.) : Tout texte est un objet constitué de plus d’un code. Il n’y a pas de texte purement,  linguistique, et encore moins purement alphabétique. Tous les textes sont, polysémiotiques, c’est-à-dire faits de la rencontre de types de signes différents. [4]

Si un texte n’est pas purement linguistique, une façon d’interroger la notion de texte est de proposer des œuvres fondées sur du linguistique mais sans mots lisibles à l’écran, tel est l’une des spécificités du l’œuvre de littérature numérique, basé exclusivement sur une sémiotique pure, de l’image par exemple, comme pour My Google Body[5], de Gérard Dalmon, qui se présente comme une œuvre linguistique sans texte, c’est ce que note Xavier Malbreil (chargé de cours à l’Université de Toulouse II) : « Le statut du texte dans l’œuvre informatique est vraiment crucial. Aujourd’hui, je parlais du Google Body à quelqu’un et je disais que le texte n’apparaissait pas à  l’écran, mais que pourtant on pouvait considérer cette œuvre comme partie de la littérature informatique, parce que le fondement de l’œuvre est résolument linguistique.[6] »

Xavier Malbreil approfondit cette analyse dans My Google Body, on peut voir la représentation d’un corps humain, sous forme très stylisée, à l’aide d’images correspondant à la tête, au tronc, aux bras, aux mains, aux jambes et aux pieds. Ces images sont renouvelées à intervalles réguliers, pour chaque rectangle correspondant à une zone du corps, un programme lance une requête dans le moteur de recherche Google, section « Images35 » : requêtes « head », « arm », « hand », « body », « leg » et « foot ». Le moteur de recherche va chercher l’image correspondant à la requête en question, et le programme mis en place par Gérard Dalmon affecte l’image trouvée sur le Web au cadre sélectionné, celui-ci ayant une taille prédéfinie. Le programme est entièrement automatique : les images sont sélectionnées de façon aléatoire et changent toutes les cinq secondes. Xavier Malbreil remarque que l’image reconstituée par My Google Body « agence des images de parties du corps humain, mais aussi d’autres images représentant des objets, des entités morales, des représentations sociales, dont le nom est construit par analogie, métaphore ou métonymie avec telle ou telle partie du corps humain », en effet, le programme lance des requêtes sur des mots : dans la mesure où les requêtes sont adressées à la version américaine du moteur de recherche Google, on peut trouver par exemple des images de « head master » (directeur d’école), « head cheese » (fromage de tête), « head light » (feu avant) ou « head phones » (écouteurs) pour la requête « head », ou encore « body bag » (housse mortuaire), « armchair » ,  « hand dryer » (sèche-mains), « foot soldier » (fantassin) pour les requêtes « body », « arm », « hand » ou « foot ». My Google Body nous invite ainsi à lire un corps métaphorique extrait en continu du flux des images présentes sur le Web, une représentation métaphorique du corps humain dans une langue et dans un contexte culturel bien précis, ce que l’on voit à l’écran serait difficilement interprétable si l’on ne savait pas que les requêtes adressées au moteur de recherche ciblent des mots recouvrant un large champ métaphorique, dans la mesure où ils désignent des parties du corps humain. La réflexion qui a présidé à la réalisation de My Google Body est avant tout linguistique. Cette œuvre propose en tant que texte un corps graphique en perpétuelle évolution.

Peut-on avancer que ce type de pratiques contribue à redéfinir la notion de texte ? Ces pratiques nous permettent en tout cas de revisiter celle-ci et d’asseoir une conception du texte en tant qu’« objet techno-sémiotique[7] » face au texte qu’isolent parfois les linguistes, les auteurs de littérature numérique travaillent bien le texte comme « objet matériel inscrit sur un support et constitué d’un grand nombre de signes de nature diverse[8] » en exploitant celui-ci dans sa dimension dynamique.

Dans ce contexte, la littérature numérique interroge toutes les constituant littéraire, partant du signe arrivant à la littérarité passant par le texte, tous les concepts et termes change de consistance, c’est la révolution langagière qui exige une révolution linguistique, le signe n’est plus que le mot dans sa forme basique, le texte n’est plus l’assemblage de mot, mais c’est le tissage de plusieurs composante qui constitue le nouveau langage.

L’œuvre de littérature numérique par ces caractéristiques que nous exposerons dans le prochain point, exige une lecture spécifique, de ce fait le concept de lecture a lui aussi changé de fin comme il a changé de moyens dans la littérature numérique, La valeur de lecture  d’une œuvre est souvent liée a sa force persuasive et manipulatrice surtout dans certains contextes car lorsqu’il devient le moyen de prédilection,  son intention première serait celle de manipuler et l’œuvre dans ce cas serait prise dans un sens de frustration.

Pour  Philippe BOOTZ, lire n’est plus seulement lire le texte produit, c’est également lire les processus qui produisent le texte, cette modalité de lecture s’oppose à la modalité de la lecture du livre[9] en brisant la linéarité de lecture,  en parcourant la page de gauche à droite et de bas en haut, puis en passant à la page suivante, ce déroulement linéaire du texte est, certes, ponctué et rythmé par des repères typographiques ou de mise en page (paragraphes, chapitres etc.) qui sont autant de conventions admises depuis l’invention de l’imprimerie, mais ce dispositif familier qui guide notre lecture et lui imprime sa respiration est destiné à assurer la cohésion et la continuité du texte, un texte non li­néaire n’aligne pas ses modules dans un ordre fixe, temporel ou spatial, mais dans un ordre arbitraire, déterminé par un agent cybernétique (le(s) utilisateur(s), le texte, ou les deux.)[10].

Une Liaison contemporaine, de Carole Thibaut( autrice, metteuse en scène et comédienne française),  en collaboration avec le collectif InVivo qui est  une plateforme qui regroupe plusieurs artistes des arts numériques et du théâtre ayant pour ambition de porter un regard différent sur la création et l’écriture contemporaine.

Une Liaison contemporaine est une plongée dans une expérience sensible et un univers narratif non linéaire. L’objectif est de recréer un environnement mental immersif, un univers virtuel et sensoriel, où surgiront de l’obscurité et de la brume, des mots, des personnages, des images, des sons, traduction de ce nouveau langage à multiples facettes et contenus, qui tisse une relation singulière entre deux êtres à travers les différents médias qui les relient, Il s’agit d’écrire, par le biais de différentes formes d’écritures, différents fils narratifs d’une même histoire mail, une nouvelle, images…etc, suivant et s’entrelaçant tous autour d’un même fil chronologique. Ces fils se déroulent aussi bien oralement que par les images, les sons, les corps ou par projections de textes ; L’espace de la relation amoureuse est un espace fermé, ou des parois séparent les différents fils de lecture, ces même parois font office de murs de projections des SMS échangés entre les personnages, de fragments de textes, de projection de séquences de filme, et d’hologrammes repesant les personnages[11].

Le lecteur choisit le fil qu’il veut, et peut rester des heures dans cet espaces subversif, on en sort troublé, la linéarité y est absente portant le récit est bien là, à la fin de la lecture, on demande au lecteur son mail s’il veut recevoir le reste des mails ou autre fragment de l’histoire, on ne lit plus l’œuvre on est abrogé par elle, on en fait partie.

[1] BARTHES Roland, « Texte (théorie du) », Encyclopaedia Universalis, vol. 22, 1990 : 370

[2] Christian Vandendorpe , DU PAPYRUS À L’HYPERTEXTE, ESSAI SUR LES MUTATIONS DU TEXTE ET DE LA LECTURE, Paris : La Découverte, 1999. – 271 p.;24 cm. – (Cahiers libres). ISBN 2

[3] http://books.openedition.org/bibpompidou/232?lang=fr le 2mai 16

[4] http://www.celsa.fr/pub/recherche/popup/CV-YJeanneret.pdf le 2mai 16

[5] Dalmon Gérard, My Google Body, 2004, disponible dans:  http://www.neogejo.com/googlebody/ le2mai 16

[6] Message adressé par Xavier Malbreil à la liste E-critures le 6 avril 2005.

[7]Yve Jeanneret,  Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information? Villeneuve d’Ascq : Presses du Septentrion, 2000p. 76.

[8]Ibid, Yve Jeanneret, p. 78

[9] Philippe Bootz, Université Paris 8, Lecteur agissant, lecteur agi, p3 (ci-joint en anexe)

[10] http://hypermedia.univ-paris8.fr/jean/fiction/Non_linearite.html visite le 18 JUIN 2016

[11] http://www.compagniesambre.org/wp-content/uploads/2014/06/Dossier-artistique_-Une-liaison-contemporaine-_-Sambre2.pdf, visite le 18JUIN 2016

I.1.3 Les caractéristiques de l’œuvre de littérature numérique

Nous nous sommes basés dans cette partie sur le travail du  Professeur Serge BOUCHARDON (Professeur à l’Université de Technologie de Compiègne),  intitulé Un laboratoire de littérature , paru le : 01/03/2007; Editeur : BPI du Centre Pompidou; ISBN, plus exactement le chapitre trois intitulé Les œuvres de littérature numérique, dans lequel il s’est  penché sur les œuvres, leur nature (les formes de textualité numérique), leurs modalités de lecture, mais aussi leur catégorisation en genres par une communauté d’auteurs-lecteurs en ligne. Une entreprise qui peut sembler ambitieuse : dans la mesure où il s’agit d’un domaine en émergence pour lequel il n’y a pas encore beaucoup de travaux scientifiques, il a été obligés de balayer ces différentes dimensions pour établir une sorte d’état des lieux du domaine et tracer des pistes pour des travaux de recherche ultérieurs. Il s’est appuie à la fois sur le discours des acteurs d’E-critures (messages sur la liste de discussion + entretiens) et sur les œuvres créées par les e-crituriens, notamment celles présentées sur le site e-critures.org2[1], pour faire ressortir les caractéristiques suivantes :

I.1.3.1 Le texte dynamique :

Un texte dynamique est donc en premier lieu un texte en mouvement, un texte animé, la véritable spécificité du texte numérique tient sans doute à sa nature dynamique, le terme « dynamique » recouvre ici trois acceptions :

I.1.3.1.1 Une dynamique spatio-temporelle :

Le texte peut avoir sa propre temporalité d’affichage et de déplacement, favorisant ainsi de nombreux jeux sur la spatialisation des caractères et leur apparition/disparition. Certaines œuvres exploitent conjointement la mise en mouvement du texte et de l’image : c’est le cas d’œuvres poétiques, mais également de récits interactifs cinétiques (par exemple anonymes.net[2]).

I.1.3.1.2 Un texte programme :

Le mouvement Transitoire observable[3], créé à l’initiative d’Alexandre Gherban et de Philippe Bootz, s’est constitué autour de la notion de « littérature et art programmés » : il met ainsi en avant la notion de programme.   Philippe Bootz, dans les messages adressés à la liste E-critures, oppose les œuvres qui proposent des « formes de surface » et les œuvres programmées qui nécessitent une « écriture du dispositif », La mise en mouvement du texte, sa mise en espace et son hybridation avec d’autres formes sémiotiques peuvent trouver de nombreux échos dans des œuvres littéraires prénumériques. La dimension programmée et calculatoire du texte numérique pourrait sembler en revanche plus inédite.

I.1.3.1.3 Un texte génère :

Avec le texte généré, la notion de texte change. Il s’agit d’un texte sans origine ni fin, interprétation serajeunit en chacun de ses lecteurs, mais parce que le texte lui-même est un texte en perpétuel renouvellement, Ainsi, Trajectoires, accessible depuis le site e-critures.org, est « un roman policier interactif et génératif sur Internet, au croisement de la technologie, de l’art et de la littérature ». Trajectoires constitue une adaptation sur le Web des générateurs de textes littéraires conçus par Jean-Pierre Balpe. Ils fonctionnent à la manière d’un écrivain automatique. En effet, les textes ne sont pas pré-écrits, mais les mots sont combinés en temps réel à partir de logiciels d’écriture automatique capables d’engendrer les pages d’un roman sans fin.

I.1.3.2 Un texte base de données :

le texte donné à lire peut également être un texte extrait d’une base de données, l’œuvre peut être conçue comme une grande base de données textuelle. Certains récits sont organisés de la sorte[4], répondant au souhait exprimé par Lev Manovich(auteur de livres sur les nouveaux médias théorie, professeur de sciences informatiques à l’ Université de New York, Graduate Center , Etats – Unis et professeur invité à European Graduate School de Saas-Fee , Suisse) dans The Language of New Media de se pencher sur les rapports entre récit et base de données[5], d’autre part, des textes indexés dans une base de données peuvent être des textes rédigés par les lecteurs eux-mêmes. C’est le cas de l’œuvre de Xavier Malbreil et Gérard Dalmon intitulée Le Livre des Morts[6]

I.1.3.3 Un texte calcule :

       Par nature, un texte sur un support numérique est donc un texte dynamique dans la mesure où il est le résultat d’un calcul, il y a du calcul entre une forme d’enregistrement et une (ou plusieurs) forme(s) de restitution.

Sur le site e-critures.org est également référencé un poème de Julien d’Abrigeon intitulé « Proposition de voyage temporel dans l’infinité d’un instant[7] ». « La raison d’être de ce poème est, quoi qu’il arrive, d’être le plus contemporain des poèmes. Puis de disparaître. » En activant l’œuvre, le lecteur déclenche un poème animé constitué par la date et l’heure présentes qui chutent, dans des polices différentes, dans l’espace de la page-écran. A la fin, le texte reste figé pendant quelques secondes avant d’être à nouveau généré automatiquement, en prenant en compte la nouvelle heure. Le texte de ce poème est un texte non seulement animé, mais qui n’a aucune pérennité. Le texte du poème, calculé, ne sera jamais le même car la date et l’heure de consultation seront toujours différentes.

I.1.3.4 Le texte « interactif » :

       Le lecteur peut manipuler les éléments visuels et sonores pour recréer une autre combinaison syllabique à partir du matériau proposé. L’œuvre ne prend son sens que par l’action du lecteur sur le matériau textuel et sonore, par exemple,  Il est texte manipulable dans le « poème sonore et textuel interactif » « Cigît[8] » accessible sur le site de l’e-criturien Julien d’Abrigeon[9], sous la rubrique intitulée justement

« E-critures ». Le début d’une épigramme d’Alexis Piron ( poètechansonniergoguettier et auteur dramatique français). (« Mon épitaphe[10] ») est découpé en unités discrètes syllabiques.

[1] En juin 2006, le site comptait 100 membres (155 membres sur la liste E-critures), 35 œuvres et 16 textes théoriques.

[2]  Anonymes.net, 2003,  disponible dans : http://www.anonymes.net/ visite le 25 déc. 2015

[3] Mouvement mentionné dans le chapitre II de UN LABORATOIR DE LITTERATURE écrit par Serge BOUCHARDON ,  auquel appartiennent notamment Philippe Bootz, Alexandre Gherban, Patrick-Henri Burgaud, Tibor Pap et Jean-Pierre Balpe : http://transitoireobs.free.fr/to/

[4] Parmi d’autres, Rob Swigart a ainsi écrit une fiction fondée sur une structure de base de données.

[5]Lev Manovich, The Language of New Media disponible dans :  https://mitpress.mit.edu/books/language-new-media visite le 25 dec 2015

[6] Xavier Malbreil et Gérard Dalmon , Le Livre des Morts, 2000-2003, disponible dans : , http://www.livresdesmorts.com/

[7]Julien d’Abrigeon , Proposition de voyage temporel dans l’infinité d’un instant, sur le site http://tapin.free.fr/HEURE.htm visite le 25 dec 2015

[8]Julien d’Abrigeon, Cigit disponible dans :  http://tapin.free.fr/cinetiq.htm  visite le 25 dec 2015

[9] Ibid.

[10] « Ci GîT… Qui ? Quoi ? Ma foi, personne, rien. Un, qui vivant, ne fut Valet, ni Maître. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.