introduction générale à la poésie numérique

« La page n’existe plus, pas même en tant que métaphore. L’espace est maintenant équivalent au temps et l’écriture n’est plus une partition mais une réalité de dimension virtuelle.»[1]

La lettre au contact de la feuille frémis, car dans le confessionnal de l’écriture, les virgules sont des soupirs, et les points contemplation, écrire c’est se libérer sur une feuille du temps, ou peut-être est-ce la malédiction du temps, qui a voulu graver son passage dans la mémoire.

Des textes depuis que l’homme a ressenti la nécessite de prouver son passage terrestre, la pierre était sa première plume, mais pourquoi ce besoins d’écrire ? Pourquoi cette obsession de tout prouver par l’écrit? marquer la mémoire, dans un monde dont nous n’avons même pas la certitude qu’il existe, cela peut être n’est qu’une illusion.

L’écriture défit la mort, mais quoi écrire, et pourquoi écrire, toute une philosophie de l’existence essaye de le découvrir, alors que l’homme est resté le même, à contempler les graines du sablier qui en tombant construisent des civilisations, qu’il renverse en le renversant, même  la prétendue évolution qui a permis à l’homme de se tenir debout, n’a pas redresser ses craintes et ses obsessions que l’écriture a permis d’exalter.

Au fond de l’ancrier, la matière est maitresse, au fond de l’univers la matière est l’origine, au fond de l’nacrier s’encre l’univers à la matière, on ne rêve pas lorsqu’on écrit, on suit les chemins de la déperdition avec béatitude.

Le baptême, sacrement de l’écrit, un engagement fort, dans un monde qui déconstruit son langage à le martyriser, la religion de l’écriture, quand on en est adepte, libère l’âme, mais aussi le mal, le bien, le flou, le perdu, du plus hideux au plus frénétique, c’est une religion qui ne renie personne, le sang noir irrigue toute les feuilles sans exclusion, le besoins de spiritualité est incessant,  animé par cette fois en le pouvoir libérateur du stylet.

Le prosélytisme se fait par le pouvoir de la lettre, en pleine messe culturelle, vivre sa foi est un art, l’influence de cette religion, l’intensité de sa démonstration sont pharamineusement spirituelles, le mot gravé, anime l’esprit de milles interprétations, un mot peut accélérer un tour de la planète, mais peut aussi l’arrêter de tourner, voir changer

[1]  De MELO e CASTRO Ernesto Manuel, « Videopoetry », Visible Language 30.2 ; New Media Poetry : Poetic Innovation and New Technologies, Eduardo Kac (Ed.), Providence : Rhode Island School of Design, 1996 : 141

sa face; le réarmement intellectuel, se fait à la naissance de chaque mot, désamorcés les crispations existentialiste de l’être, que  seul la religion de l’écrit peut résoudre.

Le signe en quittant la caverne, est devenu alphabets, puis donna naissance au textes, puis les textes se sont à leur tour mis en orbite formant avec certaines mesures la constellation de la littérature, polémique dans sa définition, mais qui reste une  production subjective polysémique contenant des émois ou des ressentis voir même des expériences hors corps d’un auteur; cela fait d’elle une expérience typiquement humaine basée sur des ressentis, des vécus, ou des impressions, points communs étant le cote émotion et spiritualité propre à l’homme, ainsi une production littéraire est une partie d’un soi, propre à un moi, assimilé d’un moi supérieur, dont une machine ne peut se vanter, ou même logiquement s’exprimer, car son existence n’est qu’une donation de l’homme créateur, et son autonomie dépend de ce dernier,

le voyage dans les lettres, a gardé la même appellation littérature, mais il a changé de corps,  en  restant abstrait insaisissable par les définitions malgré les tentatives, que ça soit par ses fonctions comme la notion d’engagement pour SartreQu’est-ce que la littérature?, ou par sa nature comme la réflexion sur l’écriture et la lecture de Roland Barthes, par l’études des linguistes comme Roman Jakobson ou même en  renouvelant les critères esthétiques comme  « Il faut être absolument moderne » de Rimbaud.

 

La matière littéraire s’enrichit de la découverte de la vie par l’homme, elle est d’abord la rencontre entre celui qui, par ses mots, dévoile son monde, et celui qui reçoit et partage ce dévoilement. Elle apparaît donc comme une profération nécessaire, une mise en mots où se perçoit l’exigence profonde de l’auteur qui le conduit à dire et se dire comme l’a si bien exprimé Pierre Delayin dans « Qu’est-ce que proférer? C’est mettre en jeu la parole » , ensuite entre celui qui aime vaguer dans les tumultes de la prose, et celui qui quitte son enveloppe charnel pour une enveloppe poétique hors temps, sur le sujet, à cela rajoute Pierre Reverdy (poète français associé au cubisme et aux débuts du surréalisme): La poésie est à la vie ce qu’est le feu de bois. Elle en émane et la transforme[1].

 

L’homme en entamant ce voyage, a commencer par s’nspirer de la nature, et a commencé par imiter le son du vent, et le chant des oiseaux, donc chanter ses ressentis, ce qui a donné les premières poésies qui étaient orales, puis avec de conscience de la spiritualité ; selon le dictionnaire de la mythologie par Michael Grant, professeur de l’Université de Cambridge, et John Hazel, spécialiste d’Ovide, la poésie apparaît d’abord dans un cadre religieux et social en instituant les mythes fondateurs dans toutes les cultures que ce soit avec l’épopée de Gilgamesh, (IIIe millénaire av. J.‑C.) en Mésopotamie, les Vedas, le Rāmāyana ou le Mahabharata indiens, la Poésie dans l’Égypte antique, la Bible des Hébreux ou l’Iliade et l’Odyssée des Grecs, l’Enéide des Latins.

Le mot chiir en arabe renvoi aux sentiments, il signifie ressentir en français, on dit qu’on l’appela ainsi à cause des djins qui ont écouté le coron du prophète Mahomet et qui l’ont ressenti en eux, mais il était là avant que cela n’arrive, les arabes ont accusé le prophète de dire de la poésie (du chiir), au début lorsqu’ils ont entendu le coron, ce qui prouve l’estime qu’on portait à la poésie et à sa beauté, pour Martin Heidegger (philosophe allemand) : Voilà pourquoi au temps de la nuit du monde, le poète dit le sacré (la trace des dieux enfuis), le poète devient un récepteur d’un don divin, qui fait de lui un medium entre des univers métaphysiques, fait de muses et de magie, c’est la conception de l’Antiquité représentée par Platon qui fait dire à Socrate (dans Ion) à propos des poètes : « Ils parlent en effet, non en vertu d’un art, mais d’une puissance divine ».

créativité et beauté de la langue, font la beauté de cet art pour l’amateur de poésie, « au commencement est le Verbe » et sa puissance créatrice qui nourrit la mémoire et « transforme la nuit en lumière »[2] , fait dire Jean-Luc Godard à son héros qui vient lutter contre un monde déshumanisé dirigé par un ordinateur dans Alphaville, film franco-italien de science-fiction de Jean-Luc Godard sorti en 1965. Il reçoit l’Ours d’or à la Berlinale 1965

Lun art qui n’a cessé de se trouver de nouvelle parures n’ont cessé de se renouveler, de se déconstruire et de se reconstruire à travers âges et époques, chevauchant prose et poésie, jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de l’outil numérique qui s’évade dans le monde virtuel, provoquant des éruptions émotives très intenses.

En 1953 avant que la littérature n’utilise l’informatique, Albert Ducrocq (scientifique cybernéticien, journaliste et essayiste français) un des pères de la cybernétique, inventa un “robot poète”,  André Parinaud, rédacteur en chef de la revue Arts, s’en inquiéta. Boris Vian (écrivain français, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz (trompettiste). Ingénieur de l’École centrale (promotion 42B), il est aussi scénariste, traducteur (anglo-américain), conférencier, acteur et peintre) le rassura d’une lettre titrée Un robot-poète ne nous fait pas peur parue dans le numéro d’avril 1953,  dans laquelle il a exprimé une méfiance extrême à l’égard de la littérature numérique, longtemps contestée  et considère comme une fantaisie de  l’imaginaire techno futuriste pessimiste forgé par la science-fiction, et crainte pour les modifications profondes qu’elle apporte à l’écriture, à la lecture et au texte[3].

L’offuscation de Boris VIAN devant la prétention d’Albert Ducrocq qu’une machine puisse exprimer des états d’âme, et surtout de la poésie, est très compréhensible voir naturelle, homme et machine se reniflent encore, le fait de céder à la machine cette part humaine qui donne à l’homme l’opportunité de voyager outre les limites de l’esprit et en explorer les fonds; le fait d’écrire qui est un acte considéré divin que l’homme est seul être sur terre qui puisse l’accomplir, pour décrire la spiritualité dont la machine est dénué ; lui déléguer ce pouvoir serait pour certain une réelle atteinte à l’esprit et à l’être  humain et à ses valeurs les plus hautes et les plus pures, c’est de cette polémique que découle la problématique :

L’intrusion de la machine dans le processus de la création de poésie, quelle mutation y  opère-t-il ?

deux hypothèses peuvent être émises:

  • Les propriétés du medium exercent une mutation des concepts de littérarité et de praticité, et donne une nouvelle vie à la poésie
  • La poésie s’ouvre grâce au medium électronique à un monde virtuelle sans limite et qui s’auto régénère, poussant la littérature à prendre un envole vers de nouvelles perspectives.

[1]Pierre Reverdy, citation disponible sur http://www.linternaute.com/citation/theme/158/poesie/,visite le 29 avr. 16

 [3] http://afup.org/pages/planete/index.php?page=428 visite le 29 avr. 16

je tenterai à travers le présent travail, de répondre à la problématique en infirmant ou confirmant les hypothèses, mais aussi de vous transmettre tout le plaisir que j’ai pris à le faire, à partager avec vous les moments d’émerveillement que j’ai eu en découvrant chaque pétale de la poésie numérique, en mettant en exergue bien sûr l’importance du potentielle qu’acquiert le poète de poésie numérique dans ses escapades créatrices en usant du medium.

La première motivation du choix de cette recherche est la magie du signe et sa sacralité, dit mot,  qui au début de la création était là avant l’homme,  et qui a donné naissance à un univers entiers rien que par le mot sois ( koun) an arabe. « Il est le créateur des cieux et de la terre à partir du néant, lorsqu’il décide une chose, il dit seulement sois et elle est aussitôt »[1]

Dieu dit : « Que la lumière soit ! Et la lumière fut »[2]

Dans la tradition juive on raconte l’histoire de l’aleph et comment il devint la première lettre de tout alphabet, Avant de créer ce monde, Dieu avait déjà créé 26 mondes, qui avaient tous échoué. Le 27ème devait réussir. Aussi Dieu fit-il appel aux lettres, et dit. “Toi, aleph, tu es comme moi, tu es un. Aussi, pour que le monde ne soit pas trop mauvais, c’est en ton nom que va se faire la pensée. Tu seras la lettre salvatrice du chaos et du désordre vivants de bet”. Ainsi parla Dieu à la lettre cachée, et aleph devint la résidence invisible et muette de Dieu dans le monde. Le silence de la présence divine garantissait à ce monde de dualité son éternité[3].

Le pouvoir mystique de la lettre embellie de poésie aux innombrables couleurs de  rêves, que le medium qui déconstruit la langue pour en reconstruire d’autre suivant la théorie de Hegel, et qui a permis à la poésie d’avoir les ailles de Gabriel qui peuvent renverser le monde en inspirant le lecteur dans le tourbillon infernal de la magie créatrice, qui a aguiché notre intérêt pour le sujet.

[1] Coron, Verset 117 sourat elbakara

[2] Genèse 1:3

[3] http://www.eleves.ens.fr/aumonerie/en_ligne/rentree96/elsa.html visite le visite le 29 avr. 16

Le sujet choisi est en termes de recherche peu prisé, d’où la difficulté de trouver un corpus satisfaisant.

Poésie considérée encore au stade expérimental, humainement parlant, d’où la difficulté de définition.

Après avoir brièvement délimité le cadre et les enjeux de la présente recherche et vu le caractère du sujet choix, j’ai opté pour un plan qui essayera d’aller au gré de l’ingéniosité créative de ce type de création aussi :

– Dans le premier chapitre je donnerai un bref aperçu de la littérature numérique, comme introduction indispensable à la poésie numérique, qui se pavanera et divulguera ses plus charmeurs secrets, dépeints par ses plus fervents magiciens créateurs, attelés non seulement sur la blanche plate, mais traversant les cybers mondes, en mettant l’accent sur  l’approche française de ce type de littérature

-Le deuxième chapitre quant à lui nous emportera au-delà du signe, à la découverte de concepts en mutation, et de l’impact psychologique de l’intrusion de la technologie dans le binôme auteur/lecteur

– le troisième chapitre sera consacré compte à lui une partie pratique, qui commencera par la description de l’expérience du docteur BOOTZ ,  que nous avons pris pour expérience témoin, passant par l’exploration de quelques programmes dédiés à la création littéraire numérique, avant d’arriver à l’apogée qui est pour moi l’expérimentation par moi même du sujet de notre recherche c’est-à-dire la création   littéraire numérique .

 

je vous souhaite un beau voyage au pays des poésies numériques

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.